phot ventre_edited.jpg

PROJET BEBE & DEVENIR MAMAN

Procréation naturelle ou médicalement assistée, la PMA

"LA VISION DES HIMBAS"

Le pont entre les traditions des PEUPLES RACINES et notre CULTURE OCCIDENTALE au service de la PMA

211330340_10223452195391507_2429054000726758292_n.jpg
portrait-bebe-noir-et-blanc-770x495.jpg
Photograhy by AF Tasnier

"Chez les Himbas, la date de naissance d’un enfant est fixée, non pas au moment de sa venue au monde, ni à celui de sa conception, mais bien plus tôt : depuis le jour où l’enfant est pensé dans l’esprit de sa mère.

Quand une femme décide qu’elle va avoir un enfant, elle s’installe et se repose sous un arbre, et elle écoute jusqu’à ce qu’elle puisse entendre la chanson de l’enfant qui veut naître.

Et après qu’elle a entendu la chanson de cet enfant, elle revient à l’homme qui sera le père de l’enfant pour lui enseigner ce chant. Et puis, quand ils font l’amour pour concevoir physiquement l’enfant, ils chantent le chant de l’enfant, afin de l’inviter.

Lorsque la mère est enceinte, elle enseigne le chant de cet enfant aux sages-femmes et aux femmes aînées du village. Si bien que, quand l’enfant naît, les vieilles femmes et les gens autour de lui chantent sa chanson pour l’accueillir.

Au fur et à mesure que l’enfant grandit, les autres villageois apprennent sa chanson. Si bien que si l’enfant tombe, ou se fait mal, il se trouve toujours quelqu’un pour le relever et lui chanter sa chanson. De même, si l’enfant fait quelque chose de merveilleux, ou traverse avec succès les rites de passage, les gens du village lui chantent sa chanson pour l’honorer.

Dans la tribu, si au cours de sa vie, la personne commet un crime ou un acte social aberrant, l’individu est appelé au centre du village et les gens de la communauté forment un cercle autour de lui. Puis ils chantent sa chanson. La tribu reconnaît que la correction d’un comportement antisocial ne passe pas par la punition, c’est par l’amour et le rappel de l’identité. Lorsque vous reconnaissez votre propre chanson, vous n’avez pas envie ou besoin de faire quoi que ce soit qui nuirait à l’autre.

Et il en va de même ainsi à travers leur vie, qu’elle soit courte ou longue. Quand, cet enfant, devenu vieux, est couché dans son lit, prêt à mourir, tous les villageois connaissent sa chanson et ils la lui chantent pour la dernière fois."

Dans notre culture occidentale concernant la conception d’un enfant, les jeunes femmes ne sont pas toutes logées à la même enseigne. Au début les jeunes couples essayent sans trop se poser de questions, mais quand bébé se fait attendre l’inquiétude s’installe.

Le désir d’enfant peut alors se transformer en une douleur pénible et omniprésente, prenant toute la place dans la vie de la jeune femme lorsque mois après mois bébé ne vient pas. Partagée entre espoir à chaque nouveau cycle et déception à l’issue du résultat, l’impatience et la peur de ne pas y arriver prennent le dessus.

Elles décident alors d’entrer dans un parcours médicalement assisté en y mettant tous leurs espoirs, la PMA "un monde scientifique nouveau, à la pointe du progrès dans lequel il est possible de tout voir et tout savoir ou presque".

Elles vivent un véritable parcours du combattant, une course contre la montre. Sujet encore tabou, ces jeunes femmes mettent tout leur cœur à l’épreuve pour réaliser à tout prix leur désir d’enfant. Le temps, les attentes, l’âge, le sentiment d’impuissance, entre échecs répétés et faux espoirs, elles se sentent sous pression et ne parviennent plus à gérer toute seule cette situation. C’est alors qu’elles viennent me voir, recommandée par une amie passée par là ou par leur gynécologue.

Nina, un bébé né comme ça.png

Aujourd’hui faire le lien entre ce que les traditions des peuples racines ont à nous apprendre et notre culture occidentale est essentiel pour moi et dans mon travail.

Leur vision du monde, leur rapport à eux-mêmes, aux autres, à la nature, au vivant, la question d’équilibre, de place et de respect de chacun, ainsi que leur capacité "à rêver", c’est ce qui m’a touché tout de suite lors de mes rencontres avec certains peuples racines.

Retraduire ce qu’elles nous enseignent pour l’adapter à notre culture a été un long cheminement d’intégration d’abord personnel et ensuite professionnel pour m’en servir dans le processus global de ma pratique professionnelle.

Nos modes de vies occidentaux plus stressants où tout doit toujours aller plus vite ou être parfait, où l’on a tendance à subir la pression sociale, où on ne se laisse pas l’espace de vivre les choses telles qu’elles sont et grandir par étapes, où seul le résultat compte, nous font souvent passer à côté de nous-mêmes et dériver de notre cap, nous limitant ainsi dans l’exploration de toutes nos potentialités.

 

Nous avons oublié comment revenir à nous-mêmes, à notre espace intérieur, notre intériorité, comment rencontrer nos peurs et découvrir ce qu’elles ont à nous dire, comment lever les blocages émotionnels anciens ou récents, les croyances qui nous limitent, mais aussi comment accéder à toutes nos ressources et les activer. Nous avons oublié comment être plus proche de nous-mêmes et déployer notre plein potentiel afin de réaliser nos désirs les plus profonds, étape par étape.

Dans l’accompagnement des jeunes femmes en désir d’enfant et l’approche holistique, innovante et personnalisée que je propose (issue de mon parcours et des résultats obtenus - cf. "mon parcours"), faire le lien entre son corps, son être et son rêve le plus intime au cœur de la PMA, "écouter la chanson de l’enfant" et lever les barrières qui l’en empêchent, remettre un peu de mystère dans son parcours hyper-médicalisé, changer son état d’esprit sont essentiels pour reprendre part à son aventure plus sereinement.

Appréhender les choses autrement, libérer les blocages émotionnels énergétiquement et lever croyances limitantes, clore les "cycles non terminés" lié à la maternité (fausse couche, perte d’un bébé, difficultés durant les grossesses précédentes, complications à l’accouchement, intervention chirurgicale etc …) ou la vie en général, préparer le nid douillet en rétablissant ce lien intime avec soi-même par le "rêve éveillé" revisité et guidé, dans un état d’esprit ouvert et détaché du résultat, permettent à la jeune femme de se sentir mieux préparée, plus sereine à vivre son aventure et lus confiante, ouverte et disponible dans son corps, son cœur, sa tête à accueillir la vie et surmonter les obstacles.

Le chemin du désir d’enfant devient alors comme un voyage à vivre, différent, mais tout aussi extraordinaire, un nouveau chemin qui redonne de l’espoir, et qui peut être aussi l’opportunité de découvrir des choses qui vont au-delà de la venue de ce petit être tant attendu, la rencontre avec soi-même, à sa place dans un nouveau rapport à soi, à l’autre, au monde.

Photography Anne-Françoise Tasnier - Photographe

214612143_334901688205877_940392126104081314_n.jpg
tatouage-tortue-maori-et-polynesien-autocollant.jpg